Plein Écran, association saumuroise, a pour but de présenter au public un choix de films de qualité, connus ou moins connus. Elle a aussi pour but de donner une seconde chance à des films qui n'ont pas eu le succès public qu'ils méritaient. Toutes les projections sont suivies d'un débat du public animé par une personnalité  du cinéma, afin d'enrichir la réflexion de chacun autour d'une œuvre cinématographique.

Plein Écran ne vit que par les cotisations de ses adhérents et le soutien de ses partenaires, la recette des entrées étant perçue par notre partenaire, le cinéma Le Palace.


PAS ENCORE ADHÉRENT(E) ?

Vous trouverez un bulletin d’adhésion pour l'année 2018 ici


votre prochain film avec Plein Ecran

au Grand Palace à 20h15

 

 MARDI 15 mai 2018

 

  

ÉTÉ 93

 

  film de Carla Simon

drame, Espagne, 2017

 

Prix du meilleur film, Berlinale 2017

 

le débat sera animé par Laetitia Scherier, de Critikat

 

Suite à la mort de ses parents, Frida, 6 ans, quitte Barcelone et part vivre à la campagne chez son oncle et sa tante et leur petite fille de 3 ans. Le temps d'un été, l'été 93, Frida apprendra à accepter son chagrin, et ses parents adoptifs apprendront à l'aimer comme leur propre fille.

 

 Carla Simón a le bon goût de rejeter le pathos pour privilégier les sensations de la fillette dans sa découverte de la forêt, dans ses relations conflictuelles ou complices avec sa nouvelle famille, puis dans l'acceptation du deuil et du chagrin. Une retenue qui se révèle très émouvante.(Télérama)

 

Un premier film d’une totale maîtrise, dans son sens de l’observation comme dans sa narration.(Les Fiches du Cinéma)

 

Dans son premier film, primé à la dernière Berlinade, Carla Simón parle de sa propre enfance. Et c'est bouleversant. (L'Obs)

 

Le film doit aussi beaucoup à ses petites actrices, assez formidables. Leur justesse est notamment rendue possible par de longs plans-séquences où elles semblent oublier la caméra pour éprouver l’instant comme l’éprouvent leurs personnages. (Libération)

 

"Eté 93" s’avère un beau film sur les puissances du refoulement. Le travail imperceptible qui s’opère dans la psyché de Frida n’est autre que le lent et tortueux cheminement d’une émotion contenue qui finit par éclater au grand jour. (Le Monde)

 



Vous avez aimé le documentaire "La Fille Du Rail"

de Eva Sehet et Maxime Caperan ?

Aidez-les à financer leur prochain documentaire "Sur Les Sentiers De Kanaky". Tous les détails sur ce projet et son financement ici.



Prolongez le débat !

Un commentaire sur le dernier film présenté ?

C'est ici !